TPE et PME en France : pourquoi ne pas digitaliser ?

Pourquoi digitaliser TPE et PME en 2018 ?

A l’heure de la digitalisation du monde de l’entreprise, la France a un grand retard. Souvent peu comprise d’un public qui n’a pas conscience de ses apports, la digitalisation est boudée par de nombreux chefs d’entreprises, principalement issus des TPE et PME.

TPE et PME

Pourtant, la digitalisation, même à l’échelle d’entreprises à taille réduite, peut apporter de nombreux avantages à ces sociétés. Gain de temps, d’argent, amélioration de l’organisation ainsi que de la communication; tout autant de points positifs qui peuvent décrire les bienfaits de la digitalisation.

Devant le fait que les TPE et PME aient besoin d’être poussées et encouragées pour passer à l’action, le gouvernement Macron a pris le train en marche. Ce mouvement en avant vers la digitalisation se fait au travers de nombreuses réformes, comme la loi El Khomri qui pousse à la généralisation des fiches de paie dématérialisées. On peut aussi noter que la loi RGPD encourage à cette dématérialisation avec l’optimisation de la sécurité des données en ligne.

Les TPE et PME ont tout intérêt à se digitaliser, et ce depuis déjà plusieurs années. Mais pourquoi ce changement est-il si peu opéré ? Quels réponses, arguments, apporter aux dirigeants réticents face au changement ? C’est ce à quoi cet article va tenter de répondre.   

Pourquoi avoir peur ?

La digitalisation de son entreprise est un lourd chantier à effectuer. Elle oblige à réviser son organisation et préparer son changement sur les points culturels, stratégiques, communicatifs, économiques ou encore structurels.

Ce changement se construit sur plusieurs années. Il n’y a pas un chemin“classique” que peuvent suivre toutes les entreprises souhaitant se digitaliser. Cette transformation est propre à chacune des sociétés et va se personnaliser au fur et à mesure des modifications apportées.

L’un des autres facteurs qui peut effrayer un entrepreneur de digitaliser est le manque de connaissance. Le manque de savoir concernant l’étude et l’utilisation des données ne permet pas de chiffrer l’apport d’une digitalisation sur son entreprise. Un entrepreneur cherche à gagner de l’argent et avoir des résultats probants rapidement, malheureusement le digital peut réclamer plusieurs mois voir années pour montrer ses premiers bénéfices.

Ne pouvant connaître le réel apport de cette digitalisation, les chefs d’entreprises privilégient souvent d’autres axes de développement. Paradoxalement, ces derniers n’ont pas autant d’apports sur le long terme. Le manque de connaissance sur le monde du digital conduit donc les entrepreneurs à ne pas placer la digitalisation de leur entreprise comme une priorité.

La peur du coût d’une transformation digitale trop forte peut aussi faire freiner un chef d’entreprise à sauter le pas. C’est pourtant une erreur car digitaliser son entreprise peut avoir un coût faible. De nombreuses formules ou logiciels gratuits ou à bas coûts peuvent permettre une amélioration de ces process. Le coût de formation et de prise en main ne peuvent être mesurés précisément, mais sur le long terme le gain sera certain.

Cette peur du coût conduit irrémédiablement vers un autre problème, celle de se tromper, de faire le mauvais choix de changement. Mais le changement peut ne pas être radical, pour digitaliser son entreprise on peut procéder par étape et effectuer une transformation par petite touche afin d’éviter de connaître de trop forte conséquences si l’implantation est un échec. Le changement peut aussi être plus flexible, en passant par des solutions sans engagement ni obligation qui permettent une entrée et une sortie rapide.

Préparer sa stratégie

Trouver la ou les solutions adaptées à sa volonté de changement peut s’avérer difficile. Le manque de connaissance peut conduire à effectuer des erreurs sur ces choix de modifications. Se faire accompagner peut être une solution pour pallier à ce manque. Selon l’observatoire CNP Assurance, 60% des dirigeants de TPE ont fait appel à un prestataire extérieur pour les aider et leur offrir un support dans leur transformation digitale, alors pourquoi pas vous ?

Faire appel à un prestataire extérieur vous permet de bénéficier d’un savoir digital. Certains réseaux peuvent vous fournir des conseils gratuits pour votre projet. L’idée n’est pas de tout déléguer mais de travailler en collaboration, car personne ne connaît mieux son entreprise que le dirigeant lui même.

Si un dirigeant connaît mieux son entreprise que personne, une entreprise de TPE ou PME connaît-elle mieux une TPE ou PME elle aussi ? On peut y penser. Rare sont les solutions de digitalisation qui propose une formule qui englobe tous les services de l’entreprise. Il faut donc multiplier les prestataires. Mais devant le nombre pléthoriques de choix et l’option de facilité qui s’offrent aux nouveaux arrivants dans le monde du digital, la décision prise va souvent vers les géants du marché du CRM et des solutions SaaS. Pourquoi ? Une question de sécurité et de fiabilité. Néanmoins cette sécurité et cette fiabilité se payent souvent au prix fort. Les offres des grands groupes déjà bien implantés dans le marché du digital seront trop importante par rapport aux besoins nécessaire aux TPE et PME et le coût s’en fera ressentir. Des entreprises à taille plus humaine, dans un système d’amélioration continue et surtout à l’écoute de leurs clients peuvent très bien correspondre aux besoins du client. Il ne faut donc surtout pas se focaliser uniquement sur les grosses solutions car le coût de leur prestation sera bien au dessus des besoins de l’entreprise.

La décision de faire appel à un prestataire extérieur n’est donc pas le seul choix qui va définir votre stratégie.  En plus des points qui ont été abordés, il va falloir définir votre plan de bataille, car la digitalisation peut être longue et il faut s’y préparer. Quel service souhaite t-on modifier ? Quel process ? A quel rythme souhaite t-on digitaliser ? Quel est l’objectif final ? Pour quel type d’offre ? Quel est votre budget ? La liste est non exhaustive. Les interrogations autour de la digitalisation sont nombreuses, c’est pourquoi il faut réduire les zones d’ombre au maximum en préparant une réponse à toute ces questions.

Flexibilité de la digitalisation – Mode SaaS

Vous avez peur de vous retrouver bloquer à cause d’un préavis, d’un engagement longue durée, d’une clause ou d’un quelconque moyen qui vous force à rester client malgré votre souhait de changer ? N’ayez aucune crainte, la digitalisation est le meilleur ami de la flexibilité. C’est là que les logiciels SaaS trouvent toute leur utilité.

Un logiciel SaaS est accessible sur le web. Il requiert un abonnement (souvent mensuel) et ne nécessite ni installation, ni stockage des données, ni maintenance. Sauf offre spéciale, les logiciels de type SaaS sont souvent sans engagement et permettent donc un changement simple et rapide. Si le logiciel ne vous plaît pas, vous pouvez en changer de suite et sans surcoût, le mieux restant encore de bien choisir son logiciel SaaS.

D’après un rapport mondial de Fujitsu, en 2016 et 2017, 33% des entreprises ont décidé de stopper leur projet de digitalisation en cours de route. Devant un tel chiffre il peut paraître pertinent de partir sur des offres qui laisse une flexibilité et une possibilité de revenir sur ses pas facilement, ce qui est le cas avec les solutions SaaS.

Quel secteur peut-on modifier grâce à la digitalisation ?

La quasi globalité des services d’une entreprise peuvent être digitalisés. Des solutions soit spécifiques soit plus globales existent pour pouvoir couvrir les différents aspects présents dans une société. Les principaux secteurs couverts sont :

  • SIRH
  • Gestion des fiches de paies
  • ERP ou PGI
  • Facturation – Devis
  • E-Commerce
  • Comptabilité
  • Collaboration – Communication
  • Customer Relationship Management (CRM)
  • Sécurisation des données
  • Business intelligence et analytique (études des données)

Conclusion

La digitalisation représente une superbe opportunité pour les TPE et PME françaises. Avec en plus l’appui du gouvernement autour de la question, le climat est plus que clément pour une digitalisation de nos entreprises. La productivité des entreprises va grandement dépendre de la digitalisation dans un futur proche. Il est donc nécessaire pour la France de réagir et de refaire son retard sur ses voisins européens. Tous les voyants sont au vert, dirigeants de TPE et PME, ils ne vous restent qu’à foncer vers le futur !

2018-09-27T15:04:10+00:0027 septembre 2018|